PHILANTHROPIE DES FEMMES PROJECT HÉRITAGE
Retour
Pascale Hasen

Présidente de la Campagne de la Philanthropie des Femmes, 2008-2009

Présidente de la Campagne Sépharade des Femmes, 1999-2000

J’ai commencé ma vie communautaire en travaillant à la Fédération CJA après avoir terminé mes études universitaires. Je suis restée cinq ans à la Fédération CJA et j’ai pu constater à quel point le travail qu’elle accomplit est exceptionnel. Depuis mon adolescence, j’ai toujours fait du bénévolat, mais voir de visu son travail m’a inspiré à me concentrer sur des activités bénévoles à ma retraite.

J’ai eu beaucoup de facilité à faire la transition de professionnelle à profane en raison des liens créés. Un grand nombre de personnes avec lesquelles j’ai travaillé comme professionnelle m’ont encadrée lorsque j’ai commencé à faire du bénévolat.

Outre le fait que j’y ai rencontré mon futur mari, j’ai tellement de beaux souvenirs qu’il m’est difficile de n’en nommer que quelques-uns. J’ai pratiquement apprécié tout ce que j’ai fait. Savoir que j’ai directement ou indirectement aidé des personnes et à bâtir une communauté plus forte m’a procuré un vif sentiment de satisfaction. Mais, à mon avis, la chose la plus importante est de voir les leçons que nos enfants ont apprises de nous et de les voir redonner à leur communauté. Je suis très fière de les retrouver aux réunions et de leur participation aux programmes et aux événements. Ils poursuivent le travail amorcé par nos parents. M’dor L’dor.

Le fait d’être présidente de la campagne générale a eu un effet considérable sur ma perception de notre communauté. J’ai passé beaucoup de temps avec des personnes moins favorisées et j’ai pu constater comment la Fédération CJA a changé et épargné des vies. J’ai également passé du temps avec nos donateurs et réalisé comment ils se souciaient des pauvres, des vulnérables, de l’éducation et de nos jeunes, maintenant ainsi une forte identité juive. Rencontrer ces milliers de personnes m’a touchée au point de ne jamais oublier.

Je voudrais dire aux jeunes femmes que faire du bénévolat n’est pas un fardeau. En fait, je crois que cela est très gratifiant non seulement pour nous, mais aussi pour toute notre famille. Dès leur tendre enfance, nous tentons d’éduquer nos enfants et de donner l’exemple de manière à influencer leur vie de façon positive. Lorsque nous faisons du bénévolat, nous passons de la parole aux gestes, faisant en sorte que le monde ne tourne pas qu’autour de nous. Nous montrons à nos enfants que vivre une vie bien remplie implique d’aider les autres. N’est-ce pas une belle valeur à leur enseigner?

Mon legs est de voir tous mes enfants s’efforcer de venir en aide de quelque manière que ce soit.

Haut de page