PHILANTHROPIE DES FEMMES PROJECT HÉRITAGE
Retour
Gail Adelson-Marcovitz

Présidente, Philanthropie des Femmes, 2009-2012

J’ai toujours cru qu’une vie dénuée de sens était une vie incomplète.

J’ai le privilège de faire partie de la deuxième génération d’une famille qui a eu le temps et la chance d’acquérir une certaine sécurité financière. C’est pourquoi j’ai toujours pensé que mon devoir et mon plus grand honneur consistaient à aider les personnes qui n’ont pas eu la même chance que moi. Je me réjouis non seulement de pouvoir contribuer au bien-être de ma communauté, mais également d’avoir trouvé un travail incroyablement signifiant et important qui m’inspire et qui remplit mon âme.

J’ai commencé à m’engager auprès de la Fédération CJA au début de l’âge adulte. J’ai assumé la présidence du Gala YAD et de l’Encan des trésors pendant plusieurs années. Après avoir accepté le poste de présidente de la Campagne YAD, on m’a offert de me joindre au conseil d’administration de la Fédération CJA. Je suis également devenue coprésidente de Pro Montréal. Mon rôle de jeune leader a pris fin lorsque j’ai soufflé mes quarante bougies. J’ai eu du mal à trouver mes repères par la suite. J’ai coprésidé la Soirée Choix, mais je n’arrivais pas à trouver ma place au sein de la Division des femmes.

En tant que jeune mère, j’ai commencé à faire du bénévolat à titre de chauffeuse pour l’Agence Ometz. Je devais accompagner des aînés et des adultes handicapés à leurs rendez-vous. J’ai beaucoup aimé apprendre à connaître les gens de cette façon. Je sentais que j’avais une incidence positive sur la vie des gens. Un jour, un projet appelé Good Food Box a été lancé à l’échelle de la ville. La Fédération des femmes cherchait une façon de donner un coup de main au personnel du centre de distribution de la Maison Cummings. C’est à ce moment-là que mon aventure s’est amorcée. J’ai compris que d’autres femmes pourraient elles aussi prendre plaisir à venir directement en aide aux personnes vulnérables tout en constatant l’impact positif de leurs dons philanthropiques. Les Bénévoles Tikun Olam (TOV) étaient nés. J’ai accepté la présidence de la Fédération des femmes et, avec l’aide d’un fabuleux groupe de femmes dévouées, j’ai enclenché un processus visant à relooker et à repositionner l’organisation, de sorte que d’autres jeunes femmes comme moi puissent se réunir au même endroit afin d’établir des liens, de s’engager et de contribuer au bien-être de la communauté.

Ainsi, en 2009, nous avons mis sur pied la Philanthropie des femmes. À partir de cet instant, nous n’avons jamais regardé en arrière. Les Bénévoles Tikun Olam (TOV) se sont rapidement transformés en un incroyable programme d’engagement et de rapprochement. Par la suite, nous avons lancé le livre Women's Philanthropy Mosaic. Ce projet a incité plus de 200 femmes à explorer les liens qui unissent la nourriture et notre rôle de mères et de piliers au sein de nos familles et de notre communauté. Nous avons ensuite mis au point un programme de formation en leadership pour femmes appelé ATID. Ce dernier avait d’abord pour but d’offrir aux femmes la chance de devenir des leaders communautaires passionnés. 12 mois par année, notre équipe rejoint désormais des dizaines de femmes. Nous offrons une foule de programmes novateurs servant à inspirer, mobiliser et unir les femmes.

Depuis lors, je continue de mettre sur pied des programmes visant à mobiliser les membres de notre communauté de même qu’à approfondir notre identité juive et nos liens sociaux. D’abord par l’entremise de la Méga Mission, puis par la coprésidence du Centenaire, je m’emploie d’une part à partager ma passion pour la merveilleuse communauté dont nous faisons partie et, d’autre part, à assurer son avenir grâce à notre engagement collectif. Mon aventure m’a donné une raison d’aide en plus d’avoir immensément enrichi ma vie. J’ai rencontré des gens incroyables, je me suis fait des amis pour la vie et j’ai appris que chacun de nous peut avoir une grande influence dans sur notre monde, une personne à la fois.
 

Haut de page