PHILANTHROPIE DES FEMMES PROJECT HÉRITAGE
Retour
Thérèse Attias

 Présidente de la Campagne Sépharade des Femmes 1997-1998 

1) Comment vous êtes-vous engagée dans la Fédération CJA – et pourquoi?

La première fois que je me suis engagée auprès de la Fédération des femmes, c’était par l’entremise d’un professionnel des obligations d’Israël. Il m’a mise en contact avec la présidente de la Fédération des femmes. C’était très touchant de rencontrer cette belle communauté. J’ai été reçue à bras ouvert et je me suis tout de suite impliquée à tous les niveaux et dans différents comités, comme c’est toujours le cas. La communauté fait partie de ma famille.

2) Aujourd'hui, quel est le plus beau souvenir que vous gardez de l’époque où vous collaboriez avec la Fédération CJA?

Un des meilleurs souvenirs que j’ai gardés est la première mission du leadership en Israël. Nous sommes allées à Beer Sheva, où nous avons inauguré le premier centre communautaire financé par notre communauté. Par après, nous nous sommes dirigées vers Jérusalem. Ayant fait le voyage avec ma fille, nous avons eu l’honneur elle et moi de déposer une gerbe de fleurs au Musée de l’Holocauste du mont Hertzel. Il y a eu d’autres événements, comme des rencontres avec plusieurs personnalités qui m’ont marquées. On ne peut pas tout décrire.

3) Vous souvenez-vous d’un moment ou d’un événement en particulier qui vous a profondément marquée?

Faisant partie des donatrices Lion de Juda, nous nous sommes rendues à Ottawa, où nous avons été reçues au parlement par plusieurs ministres. Nous étions invitées pour un lunch avec ces ministres. Comme c’était la période de la fête de Souccot, nous avions décidé d’apporter des branches de loulav. Pouvez-vous imaginer toutes ces donatrices Lion de Judah entrer au parlement canadien avec des branches de lulav dans les mains. J’ai eu le privilège d’expliquer toutes les coutumes et la signification de la Souccot à toutes les personnes présentes au parlement.

4) Quel conseil donneriez-vous à une jeune femme souhaitant suivre vos traces dans le domaine de la philanthropie?

Un des meilleurs conseils que j’aimerais donner c’est de s’engager. On donne de notre temps, mais on s’instruit, on se fait des amis, on aide les autres. Notre engagement dans la vie communautaire nous permet d’exceller tant professionnellement que socialement. La communauté fait partie de notre famille et on doit la nourrir et le meilleur moyen de le faire s’est en s’engageant.

5) Quel héritage désirez-vous transmettre?

Je suis fière de faire partie de cette magnifique communauté, d’autant plus que mes enfants et petits-enfants en font partie en plus d’être très engagés eux aussi. C’est une communauté magnifique et très unie, sans distinction, mais ouverte aux autres sociétés vivant autour de nous. La nouvelle génération est de plus en plus engagée et j’en suis très fière. Lorsque je vois l’évolution de mes enfants et petits-enfants, je n’ai aucun doute qu’ils seront des leaders compétents et dévoués à leur tour.

 

Haut de page