PHILANTHROPIE DES FEMMES PROJECT HÉRITAGE
Retour
Sheila Finestone

Présidente de la Fédération des Femmes, 1969-1971

Présidente de la Campagne des Femmes, 1965-1966

(d’après le témoignage de son fils, Peter Finestone)

Comment votre mère s'est-elle engagée dans la Fédération CJA – et pourquoi?

L’engagement de Sheila Finestone a été inspiré par celui de ses parents (Monroe Abbey et Minnie Cummings Abbey) auprès de la Fédération CJA et d’autres institutions juives. Sa participation sociale s’inscrivait dans la longue tradition de sa famille élargie, qui remonte à l’arrivée au pays de ses grands-parents. L’engagement allait de soi pour la famille Finestone.

Quel a été le plus beau souvenir que votre mère a gardé de l’époque où elle collaborait avec la Fédération CJA?

L’un de ses souvenirs les plus chers, ou l’une des expériences qui l’ont le plus marquée durant sa carrière communautaire se rapporte à l’époque où elle siégeait au conseil d’administration et faisait du travail bénévole à la Neighborhood House. Au tournant des années 1960, alors que l’agence était en train de fusionner avec le Y et d’accueillir une vague d’immigration de Juifs francophones en provenance d’Afrique du Nord, Mme Finestone s’est retrouvée dans le feu de l’action. Cette période s’est avérée des plus stimulantes et gratifiantes pour elle.

Vous souvenez-vous d’un moment ou d’un événement en particulier qui l'a profondément marquée?

La participation de Mme Finestone à la Fédération des Femmes du Québec (FFQ), d’abord à titre de représentante de la Fédération des femmes de la Fédération CJA, a changé le cours de sa vie. Après avoir siégé au conseil d’administration de la FFQ, elle en est devenue la présidente. Sa participation active au sein de l’organisation l'a menée à défendre les intérêts de la population québécoise en général. Jusqu’à la fin de sa vie, elle s’est fait la championne des droits des femmes, des anglophones et des minorités. En lui offrant la chance de collaborer avec la FFQ, la Fédération des femmes a contribué à lancer la carrière politique de Mme Finestone. En 1984, cette dernière est devenue députée fédérale avant d’obtenir un siège au sénat en 1999.

Quel héritage vous a-t-elle transmis?

Sheila Finestone n’a jamais, à proprement parlé, donné de conseils à ses enfants au sujet de la philanthropie : elle se contentait de montrer l’exemple, consacrant la majeure partie de sa vie adulte à aider les autres directement ou par l’entremise de dons charitables. Dans notre famille, il a toujours été évident que la tzedakah était la pierre angulaire de la vie au sein de la communauté. Sheila Finestone prenait pour acquis, voir était convaincue, que chacun de ses quatre garçons allait s’engager. Si conseil il y eût, ce fut la recommandation implicite suivante : « choisissez un domaine qui vous tient à cœur, contribuez-y et faite ce que vous pouvez pour avoir une incidence positive. »
 

Haut de page