PHILANTHROPIE DES FEMMES PROJECT HÉRITAGE
Retour
Marlene King

Présidente de la Fédération des Femmes, 2005-2007

Présidente de la Campagne des Femmes, 2002-2003

Comment vous êtes-vous engagée dans la Fédération CJA – et pourquoi?

Il y a 20 ans, mon mari Joel et moi avons participé à notre première mission en Israël. Cette expérience a changé notre vie. Nous sommes tombés en amour avec le pays! Nous étions renversés par la force et la bravoure des Israéliens. Nous étions émerveillés par le jeune âge des soldats, qui auraient pu être nos propres enfants. Nous étions également très impressionnés par l’excellence d’Israël dans tous les domaines d’expertise imaginables.

Auparavant, je ne connaissais à peu près rien de la Fédération CJA, mis à part le coup de fil annuel que je recevais durant la Campagne. Je ne connaissais pas la portée des dons offerts à l’organisme. Durant notre mission en Israël, nous avons énormément appris. Nous avons compris qu’il était de notre devoir d’aider les moins privilégiés à la hauteur de nos moyens. Nous avons beaucoup de chance de pouvoir donner au suivant.

Joel est finalement devenu président de la Campagne générale. Quant à moi je suis devenu présidente de la Campagne de la Philanthropie des femmes. Je suis par la suite devenue présidente de la Philanthropie des femmes et représentante de la branche montréalaise des Fédérations juives du Canada – UIA. Je suis actuellement la représentante montréalaise de la Women’s Jewish Federations of North America.

Aujourd'hui, quel est le plus beau souvenir que vous gardez de l’époque où vous collaboriez avec la Fédération CJA?/ Vous souvenez-vous d’un moment ou d’un événement en particulier qui vous a profondément marquée?

Le moment qui m’a le plus profondément marquée durant mon engagement dans la Fédération CJA est la période où j’ai été présidente de la Campagne des femmes. C’était au début de l’Intifada en Israël. Nous avons immédiatement organisé une campagne d’urgence pour venir en aide à Israël et, en quelques jours à peine, notre merveilleuse communauté a amassé 15 millions de dollars.

Accompagnée de plusieurs autres leaders communautaires, je me suis rendue en Israël (à une époque où peu de Juifs s’y rendaient) afin de remettre personnellement cette somme aux autorités responsables.

Quel conseil donneriez-vous à une jeune femme souhaitant suivre vos traces dans le domaine de la philanthropie?

Je conseillerais aux jeunes femmes de s’engager et de prendre très au sérieux la valeur du tikoun olam (la réparation du monde). En donnant en son propre nom, une femme devient une source d’inspiration pour les autres femmes qui lui succéderont.

Quel héritage désirez-vous transmettre?

Mon héritage est le courage dont j’ai fait preuve en assumant mon rôle de leader et en relevant de nombreux défis.

Les femmes ne peuvent attendre que l’on fasse le travail à leur place. Ne vous contentez pas de rester sur les lignes de côtés : les enjeux sont tout simplement trop grands!

Haut de page