PHILANTHROPIE DES FEMMES PROJECT HÉRITAGE
Retour
Terry Trager

Présidente, Centre D'Education Juive Bronfman (1990)

L’engagement communautaire a fait partie intégrante de mon éducation. Ma grand-mère et mes parents ont veillé à me montrer l’exemple. Adolescente, j’ai fait partie du BBYO, du NCSY et de plusieurs groupes jeunesse du Y. En plus d’avoir passé quatre étés au Camp B’nai Brith – d’abord en tant qu’aspirante monitrice, puis en tant que monitrice à part entière –, j’ai dirigé plusieurs groupes jeunesse à la Neighbourhood House, où j’ai commencé à siéger au conseil d’administration dès mes 18 ans. À 29 ans, je me suis jointe à un groupe du Leadership Development, un programme offert par les Services communautaires juifs unifiés. C’est ainsi que s’est amorcé mon engagement dans la Fédération CJA. Je comprenais et connaissais déjà les besoins de la communauté. J’étais également déjà au fait de sa diversité.

Après ma participation au programme Leadership Development, j’ai été invitée à me joindre au Council on Aging, une entité nouvellement formée. J’y ai présidé le comité bénévole derrière la création d’Attitudes, un magazine trilingue pour les personnes âgées. Travaillant en étroite collaboration avec le Service des communications de la Fédération CJA, j’étais notamment chargée de la mise en page et de l’aspect visuel du magazine. J’en étais également la rédactrice en chef. Ce dernier s’est vu décerner plusieurs prix par les Fédérations juives d’Amérique du Nord.

Puis, alors que mes enfants commençaient à fréquenter une école juive, j’ai choisi de m’engager auprès du Jewish Education Council (JEC), aujourd’hui appelé le Centre Bronfman de l’éducation juive (CBEJ). Après avoir été nommée au conseil d’administration de ce dernier, je suis devenu présidente de l’Education Resource Centre. Mes collègues et moi offrions alors une vaste gamme de services aux écoles juives et aux éducateurs laïques, finançant l’achat de matériel audiovisuel et informatique en plus de soutenir des programmes liés à l’éducation spécialisée, aux services offerts par les bibliothèques et au développement professionnel, entre autres. J’agissais à titre de vice-présidente de l’organisation lorsque les tout premiers participants à la Marche des vivants ont quitté Montréal en direction de la Pologne. Mes échanges avec ce groupe unique comptent parmi les moments les plus marquants de ma carrière communautaire. En tant que première femme à la tête du JEC, je me suis employée, avec l’aide des bénévoles de la Fédération CJA et du JEC, à rehausser l’image et le moral des éducateurs juifs au terme d’une période de négociations contractuelles des plus éprouvantes. Ensemble, nous avons mis sur pied le programme Celebrating Excellence et encouragé nos agences constituantes à appuyer les projets et les programmes spéciaux que nous souhaitions mettre en place durant l’année. Nous avons également publié Beineinu, un recueil d’hommages et de recommandations adressées aux éducateurs, qui renfermait notamment la description de nos programmes. Plus tard, mon mari et moi avons présidé la première Mission en Israël pour les familles organisée par le JEC. 45 personnes de 5 à 85 ans y ont pris part. Plusieurs participants ne s’étaient jusque-là jamais engagés dans la communauté. Au moins trois personnes sont finalement devenues des leaders communautaires primés.

J’ai eu la chance de travailler au sein d’une agence incroyable, où ont été formés plusieurs de nos leaders communautaires. J’ai assumé plusieurs autres postes de direction avant de me joindre à la Fédération CJA à titre de professionnelle. Pendant plus de 30 ans, j’ai eu la chance de travailler avec des bénévoles et des professionnels provenant de toutes les agences et de tous les services de l’organisme. Cela m’a donné une vue d’ensemble ainsi qu’une excellente compréhension du fonctionnement, des besoins et des défis de notre communauté. J’en connais désormais les infinies possibilités!

Je conseillerais à celles qui souhaitent passer à l’action de trouver votre passion, d’écouter l’opinion et l’histoire personnelle des gens, de ne pas reculer devant les défis, de prendre des risques et de savoir dire non. Respectez ceux et celles avec qui vous travaillez et soyez diplomates. N’oubliez jamais que peu importe le secteur auquel vous choisissez de donner de votre temps, vous faites partie d’un réseau d’agences poursuivant un seul et même objectif. Voilà d’où provient la puissance de la communauté. Et par-dessus tout, ayez confiance en vos compétences et en votre instinct, mais ne vous prenez pas trop au sérieux.

Je crois que l’on se souviendra de moi comme d’une personne coopérative et à l’écoute. J’ai toujours été suffisamment créative pour relever les défis qui s’imposaient à moi et je me suis toujours battue pour mes idées. Voilà l’héritage que je laisse derrière moi.
 

Haut de page