PHILANTHROPIE DES FEMMES PROJECT HÉRITAGE
Retour
Lois Lieff

Présidente de la Campagne des Femmes, 1982-1983

1) Comment vous êtes-vous engagée dans la Fédération CJA – et pourquoi?

J’ai d’abord fait du porte-à-porte pour la Fédération CJA en tant qu’étudiante universitaire et membre en devenir d’une sororité. Des gens qui auraient sans doute eux-mêmes eu besoin d’aide m’ont donné 50 sous. Ils étaient à la fois heureux et très fiers de donner. Plus tard, alors que j’étais une jeune mère, une amie m’a offert de participer à un programme de jeune leadership à la Fédération CJA. Ayant grandie à Ottawa au sein d’une famille qui a toujours été très active au sein de la communauté juive locale, j’ai immédiatement saisi l’occasion de m’engager davantage afin de « payer mon loyer » dans ma communauté adoptive.

2) Aujourd'hui, quel est le plus beau souvenir que vous gardez de l’époque où vous collaboriez avec la Fédération CJA?

La Fédération des femmes et la Campagne des femmes étaient toutes deux très axées sur l’éducation, et ce, non seulement auprès des donateurs de l’époque, mais également des jeunes. En effet, en plus d’amasser des fonds, nous contribuions à élever les Juifs. Les bénévoles et les professionnels travaillaient en harmonie à la création ainsi qu’à la mise en œuvre de programmes percutants, tels Jewish Civics, Histocom et Insight Tours. Je conserve de précieux souvenirs de ma participation au Phone-a-gift, le marathon téléphonique qui a inspiré la création du Super dimanche.

3) Vous souvenez-vous d’un moment ou d’un événement en particulier qui vous a profondément marquée?

Ma rencontre avec David Ben Gourion à Sde Boker lors d’une mission organisée par la Fédération CJA m’a fait comprendre que nous faisons tous partie de la grande histoire du peuple juif. Conséquemment, nous avons tous la chance, voire la responsabilité, de jouer notre propre rôle.

4) Quel conseil donneriez-vous à une jeune femme souhaitant suivre vos traces dans le domaine de la philanthropie?

Je ne pourrais trouver de meilleurs mots que ceux que l’on attribue à Hillel : « Si je ne suis pas pour moi, qui le sera? Si je ne suis pas seulement pour moi, qui suis-je? Si ce n’est pas maintenant, alors quand? »

5) Quel est votre héritage?

Sans aucun doute mes enfants et petits-enfants.
 

Haut de page