PHILANTHROPIE DES FEMMES PROJECT HÉRITAGE
Retour
Joan Lazarus

Présidente de la Campagne des Femmes. 1987-1988

(d’après Maxine Sigman, la sœur de Mme Lazarus)

Je crois que Joanie s’est engagée auprès de la Fédération CJA lorsque Don Hurwitz a quitté Philadelphie pour devenir directeur général de l’organisme montréalais. Ils étaient tous deux favorables à la création d’une division des jeunes en vue de la Campagne. Joanie et Jack Rabinovitch en ont été les premiers coprésidents.

Ma sœur s’est par la suite investie dans divers projets communautaires, dont la Vente aux enchères d'objets d'art Hassadah. Elle a également été présidente des Auxiliaires de l’Hôpital général juif (HGJ).

Je crois que son legs le plus important concernant son passage à l’HGJ est la mise sur pied du Programme d’introduction des étudiants aux activités hospitalières (Programme HOPS). Toujours en vigueur, ce dernier a pour objectif de sensibiliser les élèves aux sciences de la santé tout en leur permettant de mettre au point des plans de carrières réalistes dans ce domaine. Comme il s’agit aujourd’hui d’un programme prestigieux et convoité, je suis certaine que ma sœur se réjouirait d’un tel succès!

Joanie a été profondément bouleversée par le voyage qu’elle a effectué dans l’ancienne Union soviétique en compagnie de Lester Lazarus. Ils s’y sont rendus durant les années 1990, à une époque où il était formellement interdit aux Juifs de pratiquer leur religion. Ma sœur et Lester ont cousu des noms et des adresses à l’intérieur de leur manteau, emportant des salamis et des matzot, entre autres bonnes choses. Ils ont célébré la fête de Pessah avec des refuseniks dans de modestes appartements.

Joanie a joué un rôle important dans le jumelage entre la communauté juive montréalaise et Beer Sheva. Au fil du temps, elle a tissé des liens étroits avec divers habitants de cette municipalité israélienne.

Ma sœur aimait beaucoup le travail communautaire qu’elle effectuait au sein de la Fédération CJA. Je crois que la bonté, la générosité d’esprit et le sens de l’humour de Joanie inspiraient ses collègues à devenir eux aussi des leaders.
 

Haut de page