précédent1234suivant
MERCI DE LA PART DE CHELSEA ET DE SIDNEY

« J'ai eu le privilège de rencontrer Sidney lorsque je me préparais pour un séjour éducatif sur l'Holocauste en Pologne et en Israël. J'ai alors...

« J'ai eu le privilège de rencontrer Sidney lorsque je me préparais pour un séjour éducatif sur l'Holocauste en Pologne et en Israël. J'ai alors appris qu'il connaissait mon grand-père. Nos familles ont une histoire semblable – elles sont arrivées au Canada sur le même bateau, puis elles ont habité côte à côte à Montréal. Quand j'ai eu l'âge de comprendre ce qu'était l'Holocauste, mon grand-père souffrait de la maladie d'Alzheimer. Les événements dont Sydney m'a parlé sont devenus mes liens les plus chers avec l'histoire de ma famille. Je considère que j'ai vraiment eu de la chance de le connaître. » — Chelsea

« Après avoir fait la connaissance de Chelsea et après l'avoir surprise par ce que je savais de ses grands-parents, je lui ai donné plus de détails sur l'histoire de survie de sa famille. J'en savais plus sur eux qu'elle n'en savait. Nous avons tissé des liens étroits et avons beaucoup parlé pendant notre séjour. Je considère qu'il est important de partager mon expérience avec les jeunes. Ils sont les témoins qui retransmettront notre histoire. » — Sydney


Plus de 3 800 étudiants montréalais ont participé à une expérience pédagogique immersive sur l'Holocauste depuis les débuts du programme en 1988. Jusqu'à 100 000 $ en bourses ont été versés annuellement.

SUITE HIDE
MERCI DE LA PART DE MONICA

« Comme j'ai consacré une grande partie de ma vie à la promotion de l'éducation juive à Montréal, je comprends l'importance du fonds d'accessibi...

« Comme j'ai consacré une grande partie de ma vie à la promotion de l'éducation juive à Montréal, je comprends l'importance du fonds d'accessibilité à l'école juive pour les familles à revenu moyen, qui désirent envoyer leurs enfants dans les établissements de la communauté. À titre de présidente d'une école juive, j'ai récemment eu l'appel d'une mère de trois enfants actuellement à l'école juive, qui m'a profondément touché. La maman m'expliquait que “Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point mon mari et moi sommes soulagés de savoir que les frais de scolarité de nos enfants sont plafonnés pour la durée de leurs études. Nous pouvons planifier notre vie familiale sans avoir à nous demander, chaque année, si devrions revoir notre décision. »


Depuis les quatre dernières années, le programme CAPS du Fonds Générations de la Fédération CJA a permis de remettre 1 562 subventions totalisant plus de 3 millions de $ pour geler les frais de scolarité versés par les familles à revenu moyen et pour faciliter l’accès à l’éducation juive.

SUITE HIDE
MERCI DE LA PART DE ANASTASIA

« Dès notre premier mois à Montréal, j'ai été mise en contact avec la communauté juive. Je me suis tout de suite senti la bienvenue. Alors, je ...

« Dès notre premier mois à Montréal, j'ai été mise en contact avec la communauté juive. Je me suis tout de suite senti la bienvenue. Alors, je me suis engagée comme bénévole afin de rencontrer des gens et d'aider mes enfants à s'intégrer. De plus, j'ai eu la chance d'inscrire mes enfants à un programme de livraison postale de livres et de CD juifs. J'ai immédiatement compris que, grâce à ce programme, mes enfants pourraient en apprendre plus sur les traditions juives. Mes enfants sont tellement heureux chaque fois qu'ils reçoivent de nouveaux livres. Ces livres ont un effet très positif sur ma famille. Nous les lisons ensemble, à la maison. Nous pouvons même partager les leçons que nous en tirons avec d'autres familles que nous rencontrons dans des événements. »


Plus de 5 000 enfants de la communauté ont reçu gratuitement, tous les mois, des livres à contenu juif depuis 2008. Trois cent d'entre eux participent à un nouveau programme destiné aux familles russophones.

SUITE HIDE
MERCI DE LA PART DE ELIEZER

L'appartement une pièce que partageaient Eliezer et ses grands-parents à Sofia, en Bulgarie, était beaucoup trop petit pour trois —, mais on ne p...

L'appartement une pièce que partageaient Eliezer et ses grands-parents à Sofia, en Bulgarie, était beaucoup trop petit pour trois —, mais on ne peut souvent rien se permettre de mieux quand on est pauvres dans une ville en crise. Grâce aux partenaires internationaux de la Fédération CJA, Eliezer s'est inscrit à un programme intensif en sciences à son école. De plus, il a terminé premier de sa classe. Malheureusement, la morosité de l'économie bulgare ne lui laissait pas grand espoir pour l'avenir. Il s'est donc mis à la recherche d'une solution.

À 16 ans, il s'est qualifié pour une bourse d'études en Israël, bourse attribuée aux élèves prometteurs en science et en technologie provenant d'un milieu défavorisé. Aujourd'hui, il étudie en Israël en compagnie d'autres jeunes Juifs du monde entier. « Je veux mettre toutes les chances de mon côté pour l'avenir et profiter d'une bonne éducation, déclare Eliezer. Israël est l'endroit parfait pour moi. »



Qu'il s'agisse de créer des liens entre des gens et la communauté juive, de trouver des solutions en période de crise ou de combler les besoins spécifiques de l'une de nos sœurs ou de l'un de nos frères juifs, les gestes de la Fédération CJA se répercutent de Montréal jusqu'en Israël et dans plus de 70 autres pays dans le monde.

SUITE HIDE
précédent1234suivant