Je me rappelle ma première visite à Auschwitz-Birkenau. Des immeubles aseptisés représentaient les jours les plus sombres de l'histoire juive et faisaient écho aux horreurs engendrées par la haine humaine. Je ne comprenais pas alors, pas plus que je ne le comprends aujourd'hui, que le monde ait pu rester indifférent pendant que des Juifs étaient envoyés à la chambre à gaz. Ma colère et ma douleur augmentaient au fur et à mesure que j'entendais le récit des survivants, qui avaient passé des jours, des mois et parfois des années dans les camps. Les braves âmes retenaient leurs larmes à chaque respiration afin de pouvoir me transmettre — ainsi qu'à des centaines d'autres élèves du secondaire — ce qu'ils avaient vécu. Et ce, pour que NOUS N'OUBLIONS JAMAIS.

Le 27 janvier 1945, l'Armée rouge entrait dans la ville d'Oscwitzen pour libérer Auschwitz-Birkenau, le célèbre camp de la mort nazi situé dans la Pologne occupée où près d'un million de Juifs ont péri pendant l'Holocauste.

La semaine dernière, des dirigeants internationaux se sont réunis à Yad Vashem à Jérusalem pour souligner le 75e anniversaire de l'événement, pour honorer ceux dont la vie avait tragiquement été emportée par la machine de la mort et pour se soulever contre l'antisémitisme contemporain.

Dans l'actuel paysage politique, alors que la majorité des survivants ont atteint les 90 ans, il plus important que jamais d'être des témoins et de se souvenir de l'histoire. Montréal est le foyer de quelque 5 000 survivants de l'Holocausre, et nous utilisons la Marche des vivants pour perpétuer leur histoire auprès des prochaines générations. Cette année, nous pouvons être fiers, car plus de 250 jeunes de notre communauté participeront à la Marche des vivants. Ils seront ainsi sensibilisés aux horreurs de l'Holocause en plus d'apprendre à reconnaître et à combattre l'intolérance sous toutes ses formes.

Grâce au Musée de l'Holocauste Montréal, chaque année, nous conscientisons des milliers de visiteurs à la cruauté et les mettons en garde contre la haine et l'antisémitisme. Je vous encourage à vous rendre au Musée aujourd'hui. En plus de l'admission gratuite, on y tient un événement spécial à 19 h sous forme de conversation entre le survivant Max Eisen et Jeanne Beker. Pour plus de détails, veuillez cliquer ici.

Depuis ma première visite à Auschwitz-Birkenau en 2003, j'ai refait ce difficile parcours sept fois. J'ai eu la chance de partager l'expérience avec des centaines de Montréalais, qui ont été témoins de notre histoire et se sont engagés à ne jamais oublier. Nous avons la responsabilité et le devoir envers les victimes et les survivants de faire en sorte que leur vécu ne sombre pas dans l'oubli et qu'il soit connu des prochaines générations.

Aujourd'hui, alors que nous commémorons les 75 années écoulées depuis la libération d'Auschwitz, la communauté juive de Montréal pleure les morts et rend hommage aux millions de victimes juives innocentes de l'Holocauste. Puisse leur mémoire demeurer gravée à jamais dans nos coeurs.

From the Desk of Yair Szlak
Yair Szlak, LL.B
Chef de la direction, Fédération CJA

DLMMJVS
      
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
Haut de page